SEC rejette les poursuites engagées par les chefs de Ripple

  • Selon la SEC, les dirigeants de Ripple, Garlinghouse et Larsen, « ont évité de savoir que le XRP pourrait être considéré comme une valeur mobilière » afin d’en tirer un profit financier.
  • Tous deux avaient une « forte motivation financière » pour ignorer intentionnellement le risque.

Dans la bataille juridique que mène la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis contre Ripple, les deux parties continuent de se livrer à des échanges animés. Après que la SEC ait envoyé une lettre au tribunal avant-hier, le 9 mars, discréditant deux stratégies de défense clés de Ripple, « Due Process » et « Fair Notice », comme étant « juridiquement incorrectes », la SEC a maintenant suivi hier en ce qui concerne les plaintes individuelles contre Brad Garlinghouse et Chris Larsen.

Comme CNF l’a rapporté, Garlinghouse et Larsen avaient chacun déposé une lettre le 3 mars indiquant leur intention de déposer une motion pour rejeter la plainte modifiée de la SEC. La lettre d’hier est maintenant une réponse à cela et fournit les raisons pour lesquelles le rejet des plaintes individuelles n’est pas justifié, selon le régulateur. Dans sa réponse à la lettre de Garlinghouse, la SEC commente:

La lettre indique clairement que, plutôt que de demander le rejet sur la base d’une théorie juridique solide, Garlinghouse prévoit d’utiliser la motion pour exprimer ses griefs contre la SEC, un effort qui gaspillera un temps et des ressources considérables pour les plaideurs et les juges.

Les dirigeants de Ripple l’ont « imprudemment ignoré »

Essentiellement, la SEC met en avant deux faits critiques pour empêcher le rejet des poursuites: la connaissance, ou du moins le mépris flagrant, du statut de XRP par Garlinghouse et Larsen, et le rejet de l’absence de territorialité. En ce qui concerne le premier argument, la SEC écrit:

[…] il savait, a ignoré avec insouciance ou a consciemment évité de savoir que le XRP pourrait être considéré comme une valeur mobilière. […]

En fait, Garlinghouse savait que le XRP faisait l’objet d’une surveillance de la part de la SEC et a pris un risque quant à savoir si la SEC déposerait une action coercitive visant à le tenir pour responsable. Ayant perdu ce pari, Garlinghouse cherche maintenant à blâmer la SEC pour sa propre inconduite. La plainte plaide de manière adéquate l’aide et la complicité de Garlinghouse.

Le pivot est donc l’argument du « scienter ». À l’appui de cet argument, la SEC indique que le responsable de la conformité de Ripple a dit à Garlinghouse que le XRP présentait des caractéristiques « similaires à celles des valeurs mobilières ». De plus, le CEO de Ripple avait exprimé aux investisseurs qu’il « ne pouvait pas garantir que la SEC ne conclurait pas que le XRP était une valeur mobilière ». En outre, Garlinghouse avait également un « fort motif financier » pour ignorer intentionnellement ce risque:

[…] il devait profiter de centaines de millions de dollars de ses ventes non enregistrées de XRP et comprenait que, si Ripple ne pouvait pas vendre de XRP pour financer ses opérations, elle cesserait essentiellement d’exister. Cette allégation permet à un jury raisonnable de conclure que Garlinghouse a agi avec la scienteur requise.

La SEC rejette le manque de territorialité

Comme deuxième argument clé pour empêcher le rejet des réclamations, la SEC affirme que la plainte se rapporte à « une offre nationale de titres » dans une « mesure suffisante »:

La plainte allègue suffisamment que les offres et les ventes de XRP de Garlinghouse ont eu lieu « aux États-Unis » en vertu de la réglementation S pour diverses raisons, notamment parce qu’il a offert et vendu des XRP à des personnes aux États-Unis, qu’il a fait des efforts de vente dirigés en ce qui concerne les XRP à des investisseurs américains et qu’il n’a fait aucun effort pour empêcher que les XRP achetés par des investisseurs non américains soient revendus à des investisseurs américains.

About Author

Jake Simmons has been a crypto enthusiast since 2016, and since hearing about Bitcoin and blockchain technology, he's been involved with the subject every day. Beyond cryptocurrencies, Jake studied computer science and worked for 2 years for a startup in the blockchain sector. At CNF he is responsible for technical issues. His goal is to make the world aware of cryptocurrencies in a simple and understandable way.

Les commentaires sont fermés.