Ripple se défend contre le rejet de la défense de « fair notice » (préavis raisonnable)

  • Ripple expose dans une lettre au Juge Torres les raisons pour lesquelles la requête anticipée de la SEC visant à annuler la défense de « fair notice » est inappropriée.
  • La SEC ne peut pas citer un seul cas dans lequel la défense de « fair notice » a été rejetée dès le début du litige et donc « réétiquette » la défense de Ripple.

La bataille juridique entre la US Securities and Exchange Commission (SEC) et Ripple continue de fournir des nouvelles et des mises à jour sur une base quasi quotidienne. Ripple Labs a déposé hier une lettre auprès du tribunal pour rejeter la motion anticipée de la SEC visant à invalider la défense de « notification équitable ». Comme CNF l’a rapporté, la SEC a déposé une lettre visant à faire déclarer l’une des principales défenses de Ripple « juridiquement incorrecte »:

La motion anticipée de la SEC pour annuler est sans fondement. L’annulation des défenses affirmatives est désapprouvée dans ce circuit et la SEC ne peut pas du tout satisfaire à la charge élevée de démontrer qu’il n’y a aucune question de fait ou de droit qui pourrait permettre à la défense de réussir.

Tout d’abord, la défense de Ripple concernant l’absence de notification équitable satisfait plus que largement à la norme de plaidoirie libérale et ne peut donc pas être rejetée. Deuxièmement, la défense de Ripple contre l’absence de notification équitable nécessite une enquête factuelle et un contexte, c’est pourquoi les tribunaux traitent cette défense sur le fond avec le bénéfice d’un dossier factuel développé.

L’équipe juridique de Ripple fait valoir que la SEC « de manière révélatrice ne cite pas un seul cas » dans lequel un tribunal a rejeté la défense de « fair notice » au début du litige, et Ripple n’est pas non plus « au courant d’une telle autorité » Au lieu de cela, la SEC a tenté de contourner cette question en renommant la défense de Ripple en défense équitable (laches ou estoppel) ou en défense de nullité pour imprécision:

Mais Ripple n’a pas fait valoir ces défenses et la tentative de la SEC de changer de sujet et de créer une personne de paille doit être rejetée d’emblée.

Troisièmement, Ripple fait valoir que « même si la défense de notification équitable impliquait une « question purement juridique » – ce qui n’est pas le cas – le Second Circuit a mis en garde contre le fait que des questions juridiques litigieuses et substantielles ne devraient pas être décidées sur une motion de radiation sans le bénéfice d’un dossier développé ». Avant-hier, Ripple a accusé la SEC de retenir des preuves disculpatoires.

Des preuves suffisantes pour justifier une notification équitable

En outre, le mémoire de Ripple cite les exemples et arguments familiers pour expliquer pourquoi Ripple n’a pas reçu une notification équitable: La négociation sans entrave du XRP sur plus de 200 bourses; les déclarations des régulateurs de Singapour, du Japon et du Royaume-Uni selon lesquelles le XRP n’est pas une valeur mobilière; les communications de la SEC avec des tiers; les déclarations de hauts fonctionnaires de la SEC en 2018 selon lesquelles le Bitcoin ou l’Ether ne sont pas des valeurs mobilières; la détermination de FinCEN en 2015; et les mesures d’exécution de la SEC contre Kik et Telegram, qui « ont adopté un comportement qui ne ressemblait pas à celui de Ripple. »

Pour ces raisons, Ripple fait valoir que la radiation de l’avis équitable n’est pas légale:

La requête en radiation anticipée de la SEC est fatalement viciée dès le départ parce que la défense de Ripple contre l’absence de notification équitable est bien fondée. Elle énonce une défense valide et allègue suffisamment les faits. Rien de plus n’est requis.

À la fin de la lettre, Ripple demande au tribunal de ne pas fixer une date de procès commune pour les motions de rejet de Brad Garlinghouse et Chris Larsen et l’audition de Ripple Lab sur l’obligation de notification:

Si la SEC poursuit le dépôt de cette motion d’annulation sans fondement, Ripple demande respectueusement à cette Cour de fixer son calendrier de briefing par défaut sans lien avec les motions de rejet des défendeurs individuels – car l’un n’a aucune incidence sur l’autre.

About Author

Jake Simmons has been a crypto enthusiast since 2016, and since hearing about Bitcoin and blockchain technology, he's been involved with the subject every day. Beyond cryptocurrencies, Jake studied computer science and worked for 2 years for a startup in the blockchain sector. At CNF he is responsible for technical issues. His goal is to make the world aware of cryptocurrencies in a simple and understandable way.

Les commentaires sont fermés.