Plus de 85% développeurs d’Ethereum veulent passer à la Proof-of-Stake en 2021

  • Un sondage réalisé par un chercheur d’Ethereum a montré qu’une majorité écrasante de développeurs est favorable à la migration vers la preuve d’enjeu en 2021.
  • Cela fait suite au sentiment croissant au sein de la communauté Ethereum que le réseau blockchain devrait donner la priorité à la fusion du réseau principal Eth1 et de la Beacon Chain avant de mettre en œuvre le sharding.

Un mécanisme de consensus proof-of-stake pourrait arriver sur Ethereum cette année. Selon un récent sondage réalisé par un développeur d’Ethereum, une majorité écrasante de la communauté est totalement favorable à la mise en œuvre de PoS cette année. Cela fait suite à des événements récents, tels qu’un conflit animé avec les mineurs d’Ethereum, qui ont poussé les développeurs à plaider pour une migration plus rapide.

Justin Drake, un chercheur d’Ethereum 2.0 (Eth2), a récemment révélé ce sondage sur Twitter. Il a interrogé certains des principaux chercheurs, développeurs et clients d’Ethereum. Parmi eux, le fondateur Vitalik Buterin, l’un de ceux qui soutiennent pleinement la migration vers PoS, et d’autres personnalités telles que Tim Beiko, Lakshman Sankar, Dankrad Feist, Danny Ryan et Georgios Konstantopoulos.

D’après le sondage, 86 % des développeurs et des chercheurs sont tout à fait d’accord pour dire qu’il est souhaitable de migrer vers la PdS en 2021. 9% sont « plutôt d’accord » avec cette migration. Cependant, comme l’a révélé Drake, certains chercheurs clés d’Eth1 n’avaient pas encore voté au moment où il a révélé les résultats.

L’enquête a sondé les chercheurs sur une « fusion viable minimale sûre » en 2021. Cela signifierait que les stakers ne pourraient pas transférer ou retirer leur Ether et que la machine virtuelle Ethereum ne serait pas encore modifiée.

L’ère du proof-of-stake est arrivée

Ethereum a entrepris un voyage vers la mise en œuvre de Eth2 depuis un certain temps maintenant. L’année dernière, les développeurs ont publié une feuille de route sur la migration, révélant qu’elle commencerait par le lancement de la Beacon Chain. Dans la phase 1, les développeurs introduiraient le sharding, permettant au réseau de répartir le trafic sur de plus petites chains (shards) et, par conséquent, d’évoluer. La phase 1.5 suivra ensuite, au cours de laquelle la blockchain Ethereum proof-of-work originale fusionnera avec la nouvelle PoS Beacon Chain.

Toutefois, à la lumière des événements récents, les développeurs d’Ethereum ont préconisé de sauter la phase 1 et de commencer par la fusion. L’une des principales raisons de l’accélération de la migration est un différend entre les mineurs et les développeurs sur EIP-1559.

Comme CNF l’a rapporté, les mineurs n’étaient pas très heureux de cette EIP. Ils avaient l’intention d’organiser une manifestation qui soumettrait le réseau Ethereum à l’un de ses plus grands tests. Cependant, les mineurs ont depuis abandonné cette idée.

Si le conflit entre mineurs et développeurs a été étouffé, ces derniers ont fait en sorte que cela ne se reproduise plus. Une migration plus rapide vers le PoS est l’une des stratégies qu’ils appliquent pour y parvenir. Une proposition faite par Vitalik début mars explique comment le réseau peut accélérer la fusion avec la Beacon Chain et travailler sur le sharding plus tard.

L’argent des ultrasons

La migration vers une chain PoS interviendra après le hard fork de Londres en juillet, qui introduira la controversée EIP-1559. Cette proposition profitera grandement à l’écosystème Ethereum, faisant de l’Ether une monnaie déflationniste.

Vitalik a commenté dans un podcast récent, déclarant : « Et donc la blague que je ferais parfois est, si Bitcoin sait que l’offre fixe est de la monnaie saine, alors si vous avez une offre décroissante, est-ce que cela fait de nous de la monnaie ultrasonique ? »

About Author

Steve has been a blockchain writer for four years, and a crypto enthusiast for even longer. He is most excited by the application of blockchain to solve the challenges facing developing nations.

Les commentaires sont fermés.