Nouvelles réglementations: Bitcoin fait-il face à une répression aux États-Unis?

  • Comme le souligne Forbes, une « répression », un coup dur contre Bitcoin, pourrait être imminente aux États-Unis en raison de nouvelles réglementations.
  • Bien qu’il ne soit pas encore possible d’estimer à quoi ressembleront les nouvelles réglementations, des lois similaires à celles de l’Europe semblent probables.

Y a-t-il une menace de répression des bitcoins et de les crypto-monnaies aux États-Unis ? Selon le magazine Forbes, il y a un « coup porté à Bitcoin en tant que campagne des crypto-monnaies « significative » aux États-Unis ». A l’appui de cette déclaration, la version en ligne de Forbes indique que lors d’une audition de la commission des finances, le secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin a réitéré l’urgence d’une réglementation plus stricte pour les cryptocurrences.

Mnukhin a déclaré que la branche du Trésor du FinCEN (Financial Crimes Enforcement Network) introduira bientôt de « nouvelles exigences importantes » pour les crypto-monnaies et les fournisseurs de services connexes. Il a expliqué que le FinCEN passe actuellement beaucoup de temps à travailler sur ces réglementations (traduction libre):

Nous voulons nous assurer que la technologie progresse, mais d’un autre côté, nous voulons nous assurer que les crypto-monnaies ne sont pas utilisées pour l’équivalent des anciens comptes bancaires à numéros secrets suisses.

La déclaration doit être considérée dans le contexte de la nouvelle proposition de budget de la White House pour l’année 2021, qui prévoit que les services secrets américains seront rendus à la juridiction du département du Trésor afin d’accroître l’efficacité des enquêtes sur les activités financières criminelles. La proposition fait deux fois référence aux cryptocurrences, mais dans les deux cas en relation avec le financement du terrorisme, le blanchiment d’argent ou d’autres crimes:

Les avancées technologiques de ces dernières décennies, telles que les crypto-monnaies […] ont conduit à des organisations criminelles plus complexes et ont révélé des liens plus étroits entre les crimes financiers et électroniques et le financement du terrorisme. …] Le budget propose une loi qui renvoie les services secrets américains au département du Trésor afin de créer une nouvelle efficacité dans les enquêtes sur ces crimes.

La semaine dernière également, le président de la Réserve fédérale de Minneapolis, Neel Kashkari, a décrit les crypto-monnaies comme « une benne à ordures géante ». Kashkari a déclaré que la raison de la valeur du dollar américain est que le gouvernement américain a un monopole légal sur la production.

Une raison de paniquer?

La position du gouvernement américain n’est en rien nouvelle et reflète un sentiment de longue date envers les crypto-monnaies. L’année dernière, un tweet du président américain Trump a fait sensation en déclarant qu’il n’était pas « fan de Bitcoin et d’autres crypto-monnaies ».

Mnukhin, un confident de Trump, a fait écho à la déclaration de Trump, avertissant que les crypto-monnaies posent un « risque pour le système financier » et un « problème de sécurité nationale » lorsqu’elles sont utilisées comme un compte bancaire suisse.

Bien qu’il soit actuellement impossible d’estimer l’impact de la nouvelle réglementation, il est encore trop tôt pour le dire. Toutefois, comme le suggèrent les déclarations précédentes, il est peu probable qu’il y ait une « répression ». Il semble plutôt probable qu’il s’agira d’imposer des réglementations plus strictes, en particulier aux fournisseurs de crypto-monnaies, comme les bourses.

À cet égard, l’Europe pourrait servir de modèle aux États-Unis, qui ont déjà prévu une situation juridique plus stricte avec la cinquième directive sur le blanchiment de capitaux. Cette directive a déjà été mise en œuvre en Allemagne. Depuis le 1er janvier, les fournisseurs de crypto-monnaies sont considérés comme légalement tenus de respecter la loi sur le blanchiment d’argent. C’est pourquoi tous les fournisseurs de services de garde de crypto-monnaies doivent demander une autorisation à l’autorité fédérale de surveillance financière (BaFin).

Il reste à voir si les États-Unis prendront l’Europe comme modèle. La CNF fera un rapport s’il y a des nouvelles.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter et ne manquez plus aucune nouvelle ! Vous appréciez nos indices de prix?

About Author

Jake Simmons has been a crypto enthusiast since 2016, and since hearing about Bitcoin and blockchain technology, he's been involved with the subject every day. Beyond cryptocurrencies, Jake studied computer science and worked for 2 years for a startup in the blockchain sector. At CNF he is responsible for technical issues. His goal is to make the world aware of cryptocurrencies in a simple and understandable way.

Les commentaires sont fermés.