ADVERTISEMENT

L’Union européenne propose une nouvelle législation sur les crypto assets

  • L’Union européenne a proposé un paquet financier numérique et une nouvelle législation pour les bourses de crypto et les émetteurs stablecoin.
  • Les émetteurs de stablecoin doivent publier un livre blanc et des plans pour l’utilisation de leurs fonds.

L’Union européenne a adopté un « paquet financier numérique » dans le but de créer un marché unique des services financiers numériques et des « paiements modernes » dans la région. Ce faisant, les pays européens renforceront sa « compétitivité et son innovation » et fourniront davantage d’instruments financiers et de paiement à ses consommateurs, tout en essayant de réduire les risques sur ce marché.

Le paquet a été annoncé par la Commission européenne et consiste en des mesures dans 5 domaines : une stratégie de financement numérique pour l’Europe, une stratégie de paiement de détail, une proposition de cadre juridique européen sur la résilience opérationnelle numérique, et peut-être le plus important, la première proposition européenne de nouvelle législation pour les crypto assets appelée MiCA.

L’avenir des paiements en Europe est-il numérique ?

Le règlement sur les marchés des crypto assets (MiCA) reconnaît la nécessité de fournir une clarté juridique pour les crypto assets et leurs émetteurs afin de stimuler l’innovation dans la région. Dans le même temps, la législation assure la protection et la « stabilité financière » des investisseurs. En ce sens, la proposition indique les nouvelles exigences auxquelles les opérateurs d’crypto assets devront se conformer:

Les nouvelles règles permettront aux opérateurs autorisés dans un État membre de fournir leurs services dans toute l’UE (« passeport »). Les garanties comprennent des exigences en matière de capital, la garde des assets, une procédure obligatoire de dépôt de plainte à la disposition des investisseurs et des droits de l’investisseur contre l’émetteur.

Ce qui précède s’applique aux entités offrant des services liés aux crypto assets (services de garde, échanges crypto, entre autres) et aux émetteurs de stablecoins. Selon le règlement, les bourses de cryptage doivent avoir une présence physique dans l’Union européenne et doivent obtenir l’autorisation préalable d’une « autorité nationale compétente » pour commencer à fournir leurs services. En plus des exigences ci-dessus, les fournisseurs de services de crypto doivent passer un test sur leurs capacités technologiques. Cela permettra de garantir que les consommateurs sont protégés contre le vol informatique et d’autres atteintes à la sécurité.

En outre, les émetteurs de « stablecoins » seront obligés de publier un livre blanc dans lequel ils devront fournir « toutes les informations pertinentes » sur leur actif crypto. En outre, les émetteurs devront publier une description détaillée de leurs opérations, des plans sur la manière dont le projet utilisera leurs fonds, leur passif et les risques liés au projet, entre autres. La nouvelle législation interdit à l’organe exécutif responsable des crypto assets de publier des déclarations « trompeuses ».

Programme pilote européen pour la technologie du livre distribué

Dans la proposition de règlement, l’institution déclare qu’elle mènera un « régime pilote » pour une infrastructure de marché basée sur la technologie des grands livres distribués. Par conséquent, un modèle « Sandbox » sera mis en œuvre en 2021/2022 pour faire des exceptions aux règles réglementaires existantes sur les crypto assets dans certaines régions. Ce faisant, les régulateurs et les experts en technologie pourront « tester des solutions innovantes et identifier les obstacles » en collaboration avec les entreprises et les fournisseurs de services de cryptage. Le rapport précise que:

Le European Blockchain Partnership prévoit un bac à sable réglementaire paneuropéen en coopération avec la Commission européenne pour les cas d’utilisation dans le cadre de l’EBSI et en dehors de l’EBSI, notamment pour la portabilité des données, les espaces de données B2B, les contrats intelligents et l’identité numérique (Self-Sovereign Identity) dans les domaines de la santé, de l’environnement, de la mobilité, de l’énergie et d’autres secteurs clés.

Comme l’a indiqué le CNF, un rapport récent indique que l’Union européenne pourrait introduire un nouveau cadre juridique pour les assets numériques et crypto d’ici 2024. Un tel cadre juridique devrait profiter à des sociétés comme Ripple et ses solutions de paiement basées sur la technologie du grand livre distribué.

Les mesures prises par l’Union européenne seront, comme l’a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, cruciales pour la reprise post-pandémique de la région. Concernant la nouvelle législation, Raoul Pal, ancien employé de Goldman Sachs, a déclaré que le document était « très optimiste ». Pal a ajouté ce qui suit:

Ce document de l’UE sur l’avenir des assets numériques en Europe est extrêmement optimiste. Pour ceux d’entre vous qui craignent les interdictions gouvernementales, cela montre que les gouvernements vont dans la direction opposée et les adoptent (mais avec une certaine réglementation).

Notre première recommandation: Achetez Bitcoin, Ethereum, XRP et Cardano chez eToro
Brokerddtrgegr
Etoro

✔️ Acheter 15 crypto-monnaies
✔️ CFD Bitcoin avec effet de levier
✔️ Assurance jusqu'à 20 000 euros
✔️ PayPal, SEPA, carte de crédit

etoro
**= Avertissement de risque: 75% des comptes CFD de détail perdent de l’argent en négociant des CFDs auprès de ce fournisseur.

About Author

Avatar

Reynaldo Marquez suit de près la croissance de la technologie Bitcoin et de la blockchain depuis 2016. Il a depuis travaillé comme chroniqueur sur les crypto-monnaies couvrant les avances, les chutes et les hausses sur le marché, les bifurcations et les développements. Il croit que les crypto-monnaies et la technologie de la blockchain auront un grand impact positif sur la vie des gens.

Les commentaires sont fermés.

Send this to a friend