La SEC va dévoiler des preuves critiques présumées contre Ripple

  • La SEC cite trois éléments de preuve pour prouver que Ripple était conscient des différences entre le XRP et Bitcoin et Ethereum.
  • Garder les documents sous scellés, comme l’a demandé Ripple, est « troublant » et problématique, selon la SEC.

Jorge Tenreiro, un avocat principal de la U.S. Securities and Exchange Commission (SEC), a peut-être touché un point sensible chez Ripple au cours de la phase de découverte actuellement en cours. Dans une lettre adressée au Magistrat Judge Sarah Netburn, Tenreiro affirme que « Ripple continue de cacher à ses investisseurs des faits essentiels relatifs à cette affaire » Cette situation est « troublante » et souligne la nécessité d’imposer des obligations de divulgation pour protéger les investisseurs, affirme-t-il.

Comme indiqué, les dirigeants de Ripple, Chris Larsen et Bradley Garlinghouse, ont refusé le 11 mars de répondre à une demande de la SEC de produire certaines informations financières personnelles. Toutefois, le régulateur a souligné dans une réponse que les dossiers financiers pourraient être pertinents pour « prouver la santé mentale des défendeurs individuels et leurs efforts pour augmenter la valeur de XRP. »

À l’appui de ces affirmations, la SEC a maintenant divulgué des courriels et des communications que Ripple aurait peut-être préféré garder cachés. Entre autres, la SEC a produit un courriel entre Larsen et un tiers dans lequel il « exprimait sa compréhension des risques juridiques qu’il prenait en ce qui concerne XRP ». Un deuxième élément de preuve concerne le financement par Larsen d’une société appelée MTQ Exs. A&B, « qui a vendu des centaines de millions de XRP au public. »

La SEC contrecarre ainsi un argument central des avocats de Ripple selon lequel « la substance économique d’une transaction en XRP n’est pas différente de celle en Bitcoin ou en Ether. » Pour soutenir cet argument, la SEC a cité deux communications internes de Ripple censées montrer que Ripple était consciente de la disparité du XRP par rapport au Bitcoin et à l’Ethereum :

Les preuves développées par la SEC montrent que Ripple a transmis à des tiers au moins une version du mémo juridique en question (MTC Ex. A) à au moins 18 occasions distinctes, et que, en effet, elle a également partagé avec des tiers le contenu de conversations supplémentaires (non reflétées dans le mémo lui-même) qu’elle a eues avec des avocats sur le sujet de ce mémo.

En outre, la SEC présente un prétendu troisième élément de preuve selon lequel un « participant sophistiqué distinct sur le marché des actifs numériques qui a investi dans Ripple a compris que le XRP était différent du bitcoin en raison de la différence économique fondamentale entre un actif (XRP) offert et vendu par une entité centrale, et un actif qui n’est pas ainsi offert (comme le bitcoin) ».

Dans sa lettre, Tenreiro fait valoir que le public a le droit de voir ces preuves et s’oppose donc à leur mise sous scellés. Reste à savoir si les preuves alléguées vont mettre Ripple en difficulté ou non, et leur réponse.

About Author

Jake Simmons has been a crypto enthusiast since 2016, and since hearing about Bitcoin and blockchain technology, he's been involved with the subject every day. Beyond cryptocurrencies, Jake studied computer science and worked for 2 years for a startup in the blockchain sector. At CNF he is responsible for technical issues. His goal is to make the world aware of cryptocurrencies in a simple and understandable way.

Les commentaires sont fermés.