ADVERTISEMENT

IOTA lance une nouvelle version de testnet pour Pollen, révèle dRNG

  • La Fondation IOTA a publié une nouvelle version v.0.2.4 pour le testnet IOTA Pollen.
  • Outre de nombreuses améliorations, la nouvelle version intègre pour la première fois le module générateur de nombres aléatoires décentralisés (dRNG).

Angelo Capossele, chercheur principal à la Fondation IOTA, a annoncé hier une nouvelle version du testnet Pollen, v0.2.4, via Medium. La dernière mise à jour contient de nombreuses améliorations et rapproche le réseau IOTA d’une décentralisation complète avec le réseau principal IOTA 2.0.

Plus précisément, certaines améliorations ont été apportées et un problème a été résolu. La version mineure corrige une « condition de course » dans le contexte des « messages db », c’est-à-dire une situation indésirable qui se produit lorsque deux ou plusieurs opérations sont effectuées simultanément, entraînant un état défectueux. Plus précisément, la « race condition » « empêchait la suppression de certaines entrées des messages db manquants, même si elles étaient effectivement reçues des voisins ».

De plus, selon Capossele, l’interaction Tangle BadgerDB et les API (interfaces de programmation) pour le débogage ont été améliorées par l’ajout de « value-tips » sur les terminaux. Une autre avancée en matière d’outillage a été réalisée par l’ajout d’un générateur de graines auto-apprenantes aléatoires qui peut être utilisé pour définir une identité de nœud statique.

De plus, une mise à jour a été apportée à la gestion de l’autopeering en ajoutant la possibilité de spécifier une version spécifique du réseau. Enfin, le plus grand changement est que le module de générateur de nombres aléatoires décentralisé (dRNG), testé par les membres de la communauté de l’équipe GoShimmer X, a été intégré pour la première fois. À cet égard, la Fondation IOTA a déclaré:

Nous tenons à remercier les membres de la communauté GoShimmer X-Team pour leur aide et leur soutien lors du lancement de la phase de test du module générateur de nombres aléatoires décentralisés (dRNG). La prochaine version Pollen v0.3.0 apportera le premier dRNG communautaire d’IOTA !

À quoi sert le générateur de nombres aléatoires décentralisé d’IOTA ?

Le dRNG (distributed Random Number Generator) est requis dans le cadre du Fast Probabilistic Consensus (FPC) pour résoudre les transactions potentiellement conflictuelles en faisant voter le dRNG sur celles-ci. En d’autres termes, le FPC nécessite un générateur de nombres aléatoires pour rendre le modèle de consensus plus résistant à une attaque dans laquelle les nœuds du réseau changent constamment d’avis sur une transaction particulière et ne peuvent donc pas la mener à bien. Sur la mise en œuvre du dRNG, la Fondation IOTA écrit sur GitHub:

Un dRNG peut être mis en œuvre de manières très différentes, par exemple en s’appuyant sur des primitives cryptographiques telles que le partage de secrets et les signatures de seuil vérifiables, en utilisant une triage cryptographique ou également avec des fonctions de retard vérifiables. Après avoir examiné certaines solutions existantes, nous avons décidé d’utiliser une variante du protocole drand, développé à l’origine au sein de l’organisation DEDIS, et qui, depuis décembre 2019, relève désormais de l’organisation drand. Ce protocole a déjà été utilisé par d’autres projets tels que la Ligue de l’Entropie.

About Author

Jake Simmons

Jake Simmons est un passionné des crypto-monnaies depuis 2016, et depuis qu'il a entendu parler de Bitcoin et de la technologie de bockchain, il s'intéresse à ce sujet chaque jour. Au-delà des crypto-monnaies, Jake a étudié l'informatique et a travaillé pendant 2 ans pour une startup dans le secteur de la blockchain. Au CNF, il est responsable des questions techniques. Son but est de rendre le monde conscient des crypto-monnaies d'une manière simple et compréhensible.

Les commentaires sont fermés.

ProfitFarmers