ADVERTISEMENT

Ethereum 2.0: Buterin présente un nouveau plan pour 100.000 TPS jusqu’à la phase 1

  • Rollups, une solution de mise à l’échelle basée sur la couche 2, sera le nouveau centre d’intérêt principal d’Ethereum 2.0.
  • La phase 1 d’Ethereum 2.0 permettra d’effectuer 100 000 transactions par seconde (TPS).

Dans un récent article sur les magiciens d’Ethereum, Vitalik Buterin a publié une nouvelle stratégie d’échelle pour Ethereum (ETH) et a déclaré que l’ETH 2.0 se concentrera sur les rollups, le plasma et le state channels. Comme l’a déclaré Buterin, il existe déjà de nombreuses solutions de couche 2 qui sont soit sur le point d’être lancées (Optimism, Fuel, Arbitrum et OMG Network), soit déjà activées dans le réseau principal d’Ethereum (Loopring, Zksync et Deversifi) et peuvent fournir la mise à l’échelle actuellement encore très nécessaire pour les applications DeFi.

D’autre part, selon Buterin, l’extensibilité de la couche de base n’interviendra « qu’au cours de la dernière grande phase d’eth2 », « qui est encore loin ». Malgré le lancement imminent d’Ethereum 2.0, les rollups, le plasma et les state channels devront donc être les moyens prédominants de la mise à l’échelle. Selon l’inventeur d’Ethereum, il n’y a « pas d’autre choix », du moins à court terme. Cette couche 1 (L1) est « presque inutilisable pour de nombreuses classes d’applications, et il n’y a pas de voie autre que L2 qui puisse nous amener à l’extensibilité à court ou moyen terme ».

Comme l’a souligné M. Buterin, l’utilisabilité d’Ethereum 2.0 en tant que couche de disponibilité des données pour les rollups atteindra la phase 1 bien avant que l’ETH 2.0 ne soit utilisable pour les applications « traditionnelles » de la couche 1. Ce fait amène Buterin à conclure que l’écosystème Ethereum « est susceptible de faire l’objet d’une stratégie de mise à l’échelle dans un avenir proche et à moyen terme ».

À court terme, cela signifie que l’écosystème Ethereum devra s’adapter aux rollups. Selon M. Buterin, les comptes d’utilisateurs, les noms d’ENS, les applications et bien plus encore qui « vivent » actuellement sur la couche 1 (L1) devront migrer vers la couche 2 (L2).

Nous devrions nous adapter à un monde où les utilisateurs ont leurs comptes principaux, leurs soldes, leurs actifs, etc. entièrement à l’intérieur d’une L2 […] Nous voulons idéalement que les L2 fassent partie du portefeuille lui-même (métamasque, statut, etc.) afin que nous puissions conserver le modèle de confiance actuel. Ce support devrait être standardisé, de sorte qu’une application qui prend en charge les paiements zksync prendrait immédiatement en charge zksync-inside-Metamask, zksync-inside-Status, etc.

À long terme, selon M. Buterin, cela pourrait également impliquer une réorientation de l’avenir d’Ethereum 2.0. Dans ce cadre, la couche de base (L1) pourrait se concentrer sur le consensus, la disponibilité et la sécurité des données, tandis que la mise à l’échelle serait entièrement gérée par la L2, comme l’a ajouté M. Buterin:

Il me semble très plausible que lorsque la phase 2 arrivera enfin, personne ne s’en souciera. Tout le monde se sera déjà adapté à un monde centré sur le rollup, que cela nous plaise ou non, et à ce moment-là, il sera plus facile de continuer sur cette voie que d’essayer de ramener tout le monde à la base chain sans avantage clair et avec une réduction de 20 à 100 fois de la scalabilité.

L1 pourrait se concentrer sur « l’échelonnement des temps de bloc sur différents tessons, de sorte qu’à tout moment il y aura toujours un tesson programmé pour proposer un bloc dans un délai de quelques centaines de millisecondes ». De cette façon, les rollups opérant sur plusieurs tessons pourraient avoir « une latence ultra-faible sans que la blockchain elle-même ait une latence ultra-faible ».

En fin de compte, Ethereum 2.0 pourrait atteindre le débit de transaction suivant avec cette approche, comme l’a dit Vitalik Buterin:

Aujourd’hui, Ethereum a ~15 TPS. Si tout le monde passe aux roll-up, nous aurons bientôt ~3000 TPS. Une fois que la phase 1 aura commencé et que les rollups passeront aux chaînes eth2 en tessons pour le stockage des données, nous atteindrons un maximum théorique de ~100000 TPS. Finalement, la phase 2 arrivera, apportant les chaînes eth2 avec des calculs natifs, ce qui nous donne… ~1000-5000 TPS.

En attendant, M. Buterin s’est également déclaré convaincu qu' »une grande partie du travail sera effectuée par les grands projets DeFi, qui ont tout intérêt à économiser sur les frais et à s’assurer que leurs systèmes restent faciles à utiliser ». Selon M. Buterin, ces « adopteurs précoces très motivés » doivent être soutenus dans leur travail.

About Author

Jake Simmons has been a crypto enthusiast since 2016, and since hearing about Bitcoin and blockchain technology, he's been involved with the subject every day. Beyond cryptocurrencies, Jake studied computer science and worked for 2 years for a startup in the blockchain sector. At CNF he is responsible for technical issues. His goal is to make the world aware of cryptocurrencies in a simple and understandable way.

Les commentaires sont fermés.