ADVERTISEMENT

Bosch brevete un système de paiement numérique basé sur l’IOTA, Siemens reçoit 2 nouveaux brevets

  • Le groupe technologique allemand Siemens a obtenu deux brevets qui font référence à l’IOTA et traitent de la priorisation des transactions dans un système de base de données distribuées.
  • La société allemande d’ingénierie et de technologie Bosch a également obtenu un brevet pour la conception et l’exploitation d’un système de paiement numérique basé sur l’IOTA.

Comme nous l’avons signalé il y a environ une semaine, le nombre de demandes de brevet faisant référence à la technologie IOTA est passé à 111 demandes de brevet émanant de 44 entreprises à la fin de 2019. Plus récemment, un brevet approuvé de Siemens a été rendu public, qui utilise le token IOTA dans le cadre d’un système de « protection des processus de demande » pour prévenir les attaques par la force brute.

Le brevet susmentionné était déjà le 13e de Siemens à faire référence à l’IOTA. Comme il a été rendu public il y a quelques jours, les 14e et 15e brevets ont été approuvés par l’Office européen des brevets. Les deux brevets ont été déposés en avril 2018, mais la procédure de brevet stipule que les demandes de brevet restent secrètes pendant un total de 18 mois, ce qui explique pourquoi elles ne sont devenues publiques que maintenant.

Les deux brevets portent sur la priorisation des transactions. Plus précisément, l’invention portant le numéro EP3598364A1 concerne les délais pour les transactions au sein d’un système de base de données distribuées. Comme le note Siemens, le problème des blockchains est que, par exemple, dans Bitcoin, un nœud sélectionne une métrique de priorité pour chaque transaction et ajoute en premier lieu les transactions ayant la priorité la plus élevée.

Les transactions sont classées par ordre de priorité en fonction de l' »âge » de l’UTXO, ce qui permet de privilégier les entrées anciennes et de haute qualité par rapport aux entrées plus récentes et plus petites. Siemens voit une limite à cette technique. En détail, Siemens a donc développé une technique permettant d’insérer de manière fiable les transactions dans un système de base de données distribué.

Par exemple, l’insertion d’au moins une transaction parmi la multitude de transactions est brevetée sur la base d’une ou plusieurs limites de temps. En ce qui concerne l’IOTA, Siemens déclare:

Par exemple, si un graphique acyclique dirigé (DAG) est utilisé (par exemple, IOTA ou Tangle), les transactions ou les blocs ou nœuds du graphique sont reliés entre eux par des bords dirigés. C’est-à-dire que les (tous) bords ont (toujours) la même direction, par exemple celle observée dans le temps. En d’autres termes, il n’est notamment pas possible de se propager ou de visiter les transactions ou les blocs ou nœuds du graphique à l’envers (c’est-à-dire à l’opposé de la direction commune unifiée).

Le deuxième brevet de Siemens, qui a également été publié dans la base de données de l’Office européen des brevets le 22 janvier, concerne la mise en forme du trafic pour les transactions d’un système de base de données distribué. Chaque transaction est classée en catégories et affectée à une file d’attente tampon. La hiérarchisation peut se faire à travers la file d’attente tampon.

Le brevet de Bosch fait sensation

La célèbre multinationale allemande d’ingénierie et de technologie Bosch a déjà obtenu un brevet fin octobre 2019, qui fait actuellement l’objet d’intenses discussions sur Reddit. Bosch prévoit apparemment de développer un système de paiement numérique basé sur l’IOTA. Le document, qui a été publié à l’Office européen des brevets sous le numéro DE102018206460A1, est intitulé « Procédure et dispositif pour l’exploitation d’un système de paiement numérique ». Il indique en détail (traduction libre):

La présente invention concerne une méthode d’exploitation d’un système de paiement numérique. La présente invention concerne également un dispositif correspondant, un programme informatique correspondant et un support de stockage correspondant. […]

DE102016206916A1 concerne une méthode électronique pour le transfert sécurisé par cryptographie d’un montant d’un ecrypto-monnaie par une transaction du montant d’une adresse source attribuée à un premier client à une adresse de destination attribuée à un deuxième client, dans laquelle une pluralité de clients est fournie qui comprend au moins le premier et le deuxième client, dans laquelle un programme de portefeuille respectif pour la mise en œuvre d’un noeud de client de la crypto-monnaie est installé sur les clients,

Dans la partie du document qui fait spécifiquement référence à l’IOTA, Bosch écrit que la conception du système sera basée sur l’enchevêtrement de l’IOTA:

Une exécution de l’invention est basée sur la base de données distribuée « Tangle », qui constitue le noyau de la nouvelle crypto-monnaie IOTA. Comme pour une blockchains, on peut supposer qu’aucun des tokens IOTA ne sera émis deux fois ou qu’un éventuel attaquant peut manipuler les soldes de compte de toute autre manière.

Bosch a déjà investi dans la fondation IOTA en décembre 2017 par le biais de sa branche de capital-risque, Robert Bosch Venture Capital (RBVC). Lorsqu’il est devenu public, Bosch a acheté une quantité inconnue de tokens IOTA pour participer à la fondation IOTA.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter et ne manquez plus aucune nouvelle ! Vous appréciez nos indices de prix?

About Author

Jake Simmons

Jake Simmons est un passionné des crypto-monnaies depuis 2016, et depuis qu'il a entendu parler de Bitcoin et de la technologie de bockchain, il s'intéresse à ce sujet chaque jour. Au-delà des crypto-monnaies, Jake a étudié l'informatique et a travaillé pendant 2 ans pour une startup dans le secteur de la blockchain. Au CNF, il est responsable des questions techniques. Son but est de rendre le monde conscient des crypto-monnaies d'une manière simple et compréhensible.

Les commentaires sont fermés.

Stormgain FR