ADVERTISEMENT

Bitcoin contre Banque centrale européenne: Lagarde forme une task force pour l’euro numérique

  • La nouvelle présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a présenté ses plans pour le développement de l’euro numérique lors d’une conférence de presse hier.
  • Lors de la conférence de presse, elle a reconnu une forte demande pour des stablecoins, mais a ignoré Bitcoin avec insistance.

Lors d’une conférence de presse à Francfort, en Allemagne, la nouvelle présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a présenté ses plans pour un nouveau groupe de travail de la banque pour un euro numérique. Le président de la BCE prévoit de créer une task force d’ici la mi-2020 pour accélérer le développement de l’euro numérique et définir ses objectifs.

Essayons-nous de réduire les coûts? Essayons-nous d’éliminer les intermédiaires? Essayons-nous d’obtenir un financement inclusif gratuit? Un certain nombre d’objectifs peuvent être poursuivis.

L’objectif est d’être « en avance sur son temps », comme le décrit le président de la BCE. Même si Lagarde n’a pas mentionné explicitement Facebook et son projet Libra, on peut supposer que c’était certainement une raison pour la nouvelle initiative. M. Lagarde a expliqué que le temps est venu pour une « monnaie numérique de la banque centrale de prendre vie ».

La BCE veut répondre à la concurrence des stablecoins

Bien que le mandat de la Banque centrale européenne vise principalement à créer la stabilité des prix dans la zone euro, le moment est venu d’examiner comment y parvenir avec une monnaie numérique. M. Lagarde a également discuté de l’importance d’établir une distinction entre les différents types d’actifs, tels que le bitcoin, les stablecoins et les monnaies numériques soutenues par l’État. Elle a reconnu une forte demande de stablecoins, mais a explicitement ignoré Bitcoin:

Ma conviction personnelle est que, compte tenu des développements que nous voyons, nous ne devrions pas accorder autant d’attention à Bitcoin, mais aux projets Stablecoin. (…) Nous ferions mieux d’être à l’avance, car il y a une demande claire à laquelle nous devons répondre.

Comme l’a expliqué M. Lagarde, avant de développer l’euro numérique, les objectifs doivent être fixés. En outre, les efforts des banques centrales nationales devraient être regroupés afin d’accélérer le développement et de bénéficier de l’expertise des différents pays de l’Union européenne:

Nous avons mis en place une task force et nous allons accélérer les travaux de cette task force en nous appuyant sur les ressources de l’ensemble de l’Eurosystème, c’est-à-dire les banques centrales nationales qui sont déjà impliquées dans cette recherche et qui ont déjà participé au projet sous forme d’expériences, de pilotes ici et là. Je pense que nous essayons d’y parvenir d’ici la mi-2020.

Le nouveau président de la BCE a évoqué l’intérêt du Canada et de la Grande-Bretagne pour la création d’une monnaie d’État numérique:

Je sais, par exemple, que le Canada, le Royaume-Uni, et certainement d’autres pays bien au-delà, travaillent très fort pour voir si cela a du sens, quel est son but et comment nous pouvons le mettre en oeuvre.

Début novembre, l’Union européenne a réitéré sa position ferme à l’égard des monnaies numériques privées telles que la Balance et a déclaré qu’aucune monnaie stable mondiale ne devrait être émise par les grandes entreprises avant que toutes les questions juridiques n’aient été correctement résolues.

Il y a deux semaines, des rapports indiquaient que la France serait le premier pays de l’Union européenne à commencer à tester un euro numérique en 2020. L’annonce a été confirmée par François Villeroy de Galha, gouverneur de la Banque centrale française.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter et ne manquez plus aucune nouvelle ! Vous appréciez nos indices de prix?

About Author

Jake Simmons has been a crypto enthusiast since 2016, and since hearing about Bitcoin and blockchain technology, he's been involved with the subject every day. Beyond cryptocurrencies, Jake studied computer science and worked for 2 years for a startup in the blockchain sector. At CNF he is responsible for technical issues. His goal is to make the world aware of cryptocurrencies in a simple and understandable way.

Les commentaires sont fermés.