Bermudes pilotent une monnaie numérique basée sur Stellar

  • Le territoire d’outre-mer du Royaume-Uni, les Bermudes, pilotera un dollar des Bermudes numérique basé sur la blockchain de Stellar.
  • Dans un premier temps, le dollar des Bermudes ne pourra être utilisé que pour acheter du rhum à Gosling’s Limited, tandis que l’expansion à d’autres entreprises est prévue.

Comme le rapporte le portail d’information Coindesk, la société canadienne Bidali va piloter un dollar des Bermudes numérique sur l’archipel de l’Atlantique Nord. La base technique du dollar des Bermudes numérique sera la blockchain Stellar, seule la populaire entreprise locale de rhum Gosling’s Limited acceptant initialement la monnaie dans le cadre du projet.

Selon le rapport, la première phase du projet est coordonnée par Penrose Partners, une société de conseil canadienne et bermudienne. Comme l’a expliqué Eric Kryski, PDG et co-fondateur de Bidali, il espère que le dollar des Bermudes pourra être étendu à d’autres entreprises des Bermudes.

Les Bermudes – un lieu idéal pour l’expérimentation de la monnaie numérique

Depuis 2018, Bidali explore déjà les Bermudes comme un moyen de généraliser les paiements en crypto-monnaie. Dans un article de blog, Kryski a déclaré que 60 000 personnes suffisent « pour démontrer une utilisation significative de la production avant de passer à des environnements plus sophistiqués ».

Les Bermudes, quant à elles, se sont présentées comme une juridiction attrayante pour l’espace crypto depuis 2018, après que le gouvernement ait adopté le Digital Assets Business Act (DABA), qui crée un bac à sable pour l’innovation en matière de biens numériques.

Denis Pitcher, conseiller en chef de Fintech auprès du Premier ministre E. David Burt, a souligné que les Bermudes n’ont pas accès à des plateformes de paiement alternatives, telles que PayPal ou Square, et que la solution pourrait donc permettre de connecter les Bermudes au système financier mondial. « Notre objectif est d’essayer de numériser le dollar des Bermudes sur toutes les blockchains publiques. Ensuite, les marchés et les citoyens détermineront quelle est la meilleure solution », a déclaré M. Pitcher à CoinDesk.

Dans le même ordre d’idées, M. Kryski a déclaré qu’ils n’imposeraient pas une solution au pays. L’archipel a déjà fait l’expérience des pièces d’écurie dans le passé, notamment l’USD Coin (USDC) émise par le consortium CENTRE, qui pourrait être utilisée pour payer les impôts. Pitcher a donné son accord à Kryski, en déclarant

Ce n’est pas à nous de dire quelle technologie va résoudre le problème. C’est à nous de voir quels sont les risques et comment nous nous assurons qu’ils sont gérés. … Vos clients peuvent vouloir pouvoir payer en USDC ou ils peuvent vouloir payer en divers actifs. Il s’agit donc de permettre ce genre de choix.

About Author

Jake Simmons has been a crypto enthusiast since 2016, and since hearing about Bitcoin and blockchain technology, he's been involved with the subject every day. Beyond cryptocurrencies, Jake studied computer science and worked for 2 years for a startup in the blockchain sector. At CNF he is responsible for technical issues. His goal is to make the world aware of cryptocurrencies in a simple and understandable way.

Les commentaires sont fermés.