Allemagne: La nouvelle législation sur la garde des bitcoins et des crypto-monnaies entre en vigueur le 1er janvier 2020

  • A partir du 1er janvier 2020, de nouvelles dispositions légales entreront en vigueur en Allemagne, qui placeront le service de garde des crypto-monnaies sous la surveillance financière allemande.
  • De profonds changements interviendront tant pour les bourses de crypto-monnaies du monde entier qui souhaitent opérer en Allemagne que pour les utilisateurs allemands.

Déjà à la fin novembre, le CNF a indiqué que l’Allemagne pourrait jouer un rôle de pionnier au sein de l’Union européenne en matière de réglementation des crypto-monnaies et de leurs fournisseurs. Il est maintenant clair que la nouvelle réglementation entrera en vigueur le 01. janvier 2020. Pour les centraux de cryptage qui veulent opérer en Allemagne ainsi que pour les utilisateurs allemands, cela entraînera des changements de grande envergure.

Les centraux de cryptage avec portefeuille doivent demander une licence auprès de la BaFin

En raison de la cinquième directive européenne sur le blanchiment d’argent (directive (UE) 2018/843), les États membres de l’Union européenne sont contraints de traiter les fournisseurs de crypto-monnaies comme étant tenus de le faire en vertu de la loi sur le blanchiment d’argent. Les nouvelles dispositions légales posent donc de nouveaux défis à l’ensemble de la branche.

En Allemagne, le législateur a saisi l’occasion de la directive européenne pour soumettre les entreprises offrant un service de garde de crypto-monnaies à une réglementation étendue. Selon le § 32 KWG, un service de garde est défini comme (librement transigé):

La garde, la gestion et la protection pour autrui (crypto-monnaies custody) de valeurs crypto-monnaies ou de clés crypto-monnaies privées qui sont utilisées pour détenir, stocker ou transférer des valeurs crypto-monnaies.

Tous les centraux de cryptage qui proposent un service de garde pour leurs clients, c’est-à-dire qui mettent à disposition un portefeuille, sont donc tenus de demander une autorisation auprès de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (BaFin). Le service de conservation est donc défini comme un nouveau service financier. Une crypto-monnaies est ancrée dans la loi bancaire allemande (KWG) comme suit à partir du 1er janvier 2020

Aux fins de la présente loi, un bien crypto-monnaies est une représentation numérique d’un bien qui n’a pas été émis ou garanti par une banque centrale ou une autorité publique et qui n’a pas le statut juridique d’une monnaie ou d’une pièce de monnaie, mais qui est accepté par des personnes physiques ou morales comme moyen d’échange ou de paiement sur la base d’un accord ou d’une pratique effective ou qui sert à des fins d’investissement et qui peut être transféré, stocké et négocié par voie électronique.

Cette définition du législateur allemand inclut les crypto-monnaies telles que Bitcoin et Ethereum. En revanche, les crypto-monnaies pour lesquelles il existe déjà un cadre juridique sont exclues de la définition. Il s’agit en particulier des jetons de paiement (monnaies virtuelles) et des jetons de sécurité, qui sont déjà traités juridiquement dans la plupart des cas comme des titres et donc comme des instruments financiers au sens de la loi sur les banques conformément aux réglementations existantes de la BaFin.

Un exode des échanges crypto-monnaies d’Allemagne est-il imminent?

Les entreprises qui exploitent déjà une bourse crypto-monnaies et qui sont des fournisseurs de portefeuilles se verront accorder un délai de grâce. Cela signifie que les bourses telles que Binance (basée à Malte) ou Litebit (basée aux Pays-Bas), qui souhaitent continuer à opérer en Allemagne, doivent notifier leur intention à la BaFin avant le 1er février et soumettre la demande avant le 30 juin 2020.

En particulier, la règle du « passeport », selon laquelle les sociétés d’autres pays de l’UE n’ont pas besoin d’un enregistrement séparé, ne s’appliquera pas. Toutes les entreprises étrangères qui souhaitent offrir des services de crypto-monnaies doivent demander une licence. Si elles ne le font pas, les centraux seront obligés d’interrompre leur service pour les utilisateurs allemands.

Il est intéressant de noter que les entreprises telles que les banques traditionnelles ou les fournisseurs de services financiers ne seront pas autorisées à offrir des services de cryptage en raison des risques accrus en matière de sécurité informatique. Cela signifie qu’elles devront établir des filiales pour pouvoir offrir Bitcoin, par exemple.

Les développeurs et fournisseurs de portefeuilles, en revanche, ne sont pas couverts par la nouvelle loi, car ils ne fournissent qu’une interface à la blockchain. Comme la clé privée n’est pas conservée par le fournisseur de portefeuille, les services de portefeuille Bitcoin tels que le portefeuille Electrum, Guarda ou Atomic ne sont pas soumis à la nouvelle réglementation. En revanche, les fournisseurs de services de paiement crypto-monnaies, tels que BitPay, sont concernés. La société avait déjà annoncé son retrait d’Allemagne en juillet 2019 en raison des changements à venir.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter et ne manquez plus aucune nouvelle ! Vous appréciez nos indices de prix?

About Author

Jake Simmons has been a crypto enthusiast since 2016, and since hearing about Bitcoin and blockchain technology, he's been involved with the subject every day. Beyond cryptocurrencies, Jake studied computer science and worked for 2 years for a startup in the blockchain sector. At CNF he is responsible for technical issues. His goal is to make the world aware of cryptocurrencies in a simple and understandable way.

Les commentaires sont fermés.